West Fork of Johns Canyon (Site 2)

Nous passons sur le ledge supérieur pour accéder au second site de ruines. Ici encore, nous constatons que le site est principalement constitué de petits greniers. Nous poursuivons notre randonnée en redescendant dans le canyon et en suivant le lit du wash en direction de Johns Canyon, que nous ne pourrons atteindre, faute de temps. Nous rentrons à la voiture par la mesa. Moins scénique mais plus rapide.

Nous partons en direction du second site de ruine aperçu ce matin.

D’où nous venons. Le sentier que nous suivons témoigne que, même si confidentielles, ces ruines sont connues.

Si nous avons bien compté les étages, il nous faudra à un moment ou un autre changer de legde et passer au ledge supérieur.

Nous verrons si celui-ci est le bon. Nous n’osons pas imaginer toutes les merveilles qui se cachent dans les recoins des falaises et des canyons qui s’étendent à perte de vue.

Mais pour l’heure, nous en avons  trouvé un, de trésor.

Nous sommes à nouveau en présence de petits greniers, de tailles et de formes variables

Certains, de part leur taille, ont peut-être été utilisés comme pièce d’habitation.

De celui-ci, il ne reste que la porte, fort jolie au demeurant.

Et de ces trois là, il ne reste quasiment rien.

Mais qu’est donc en train de photographier Stefano ?

Tout simplement ce petit bout de maçonnerie, où les traces de doigts sont encore bien apparentes.

Voilà. Nous avons fait le tour. Il est encore tôt. Nous décidons de redescendre dans le canyon et de suivre le wash en direction de Johns Canyon. Nous n’aurons pas le temps d’y parvenir mais peut-être allons nous découvrir d’autres merveilles.

Stefano en mode recherche d’itinéraire.

En fait, l’itinéraire est assez simple : un seul mot d’ordre, descendre.

Et nous voici en bas, marchant sur le slickrock. Hum c’est bon quand même de marcher sur du dur et sur du plat.

Marcher au fond d’un canyon, c’est toujours du grand bonheur.

Surtout lorsqu’il y a un peu d’eau. Car qui dit eau dit cottonwood trees.

Après 90 minutes environ, nous rebroussons chemin. Nous souhaitons nous ménager du temps car nous voudrions retourner voir le premier site de ruines, à moitié à l’ombre lors de notre premier passage ce matin. De même, nous voudrions retourner également à notre Granary Row pour les mêmes raisons.

Nous refaisons donc un passage sur ces deux sites. Les photos avant et après ont été réparties dans les divers billets.

Lorsque nous sommes certains d’avoir gaspillé suffisamment de pixels, nous prenons le chemin du retour. Histoire de changer un peu et pour tenter la boucle sur le tracé GPS, nous décidons de rentrer par la mesa, côté ouest du canyon.

C’est un peu moins scénique mais beaucoup plus rapide.

Notre progression est erratique, le but étant de piétiner le moins de crust possible. Le bétail n’a pas ce genre de souci, à en juger par les empreintes de sabots ayant ravagé les surfaces.

Au milieu de nulle part, nous trouvons une concentration extrême de morceaux de poterie. Nous avions déjà trouvé un site similaire, à proximité du Comb Wash. En creusant un peu, je suis certaine que nous aurions pu découvrir des merveilles.

5 minutes avant 18h, la voiture est en vue.

Nous rentrons à Blanding en chantant à tue-tête Take Me Home, Country Roads de John Denver. Sur l’échelle du bonheur qui va de 1 à 10, nous sommes au niveau 15.

Flore du jour

Claretcup Cactus – Echinocereus Triglochidiatus
Claretcup Cactus – Echinocereus Triglochidiatus

Autoportraits du jour

Devant notre petit nid, comme dirait Azzedine, mon ami d’Algérie.

Galerie d’images