Le Jura Vaudois

Autant dire que le Jura Vaudois est la destination que nous avons le plus fréquentée, en été comme en hiver, au gré de nos nombreuses randonnées à pieds ou en raquettes.

Nous aimons tout particulièrement ses paysages préservés, ses pâturages sillonnés de murs de pierres sèche et ses chalets d'alpage.

Creux Devant

Le Creux Devant, c’est un petit bout de ce que nous appelons à tort la Combe des Begnines, situé entre le Mont Sâla et la Cabane des Électriciens, juste avant la forêt. Nous y passons fréquemment, toujours émerveillés par l’esthétique de ce coin.

Bois de la Grande Enne

Belle boucle triangulaire dont la base est la traversée de la Combe des Begnines puis du Couchant. Un des sommets (du triangle, pas de la balade) est situé au Croue. 27,9 km de pur bonheur, sans une goutte de pluie.

La Bûcheronne de St-George

Petite marchouillette volée aux conditions météo désastreuses des dernières et des prochaines semaines. Le mois de juin 2020 promet d’être humide et pluvieux. L’objectif du jour est de retourner voir La Bûcheronne, celle de St-George, si possible en restant au sec. Missions accomplies.

Les tobrouks

Le récit de la randonnée du jour aurait bien pu être perdu dans le billet « bateau » des randonnées du printemps 2020 mais quelques faits marquants m’en ont fait décider autrement. Le tracé, quoique intéressant, n’est pas extraordinaire. L’abondance de la flore vaut néanmoins le détour.

L’Anémone

Direction les contreforts du Mont Tendre pour aller découvrir un chalet privé, L’Anémone, aperçu il y a quelques semaines. Et puisque nous y sommes, nous faisons quelques provisions de photos pour compléter nos galeries de chalets.

Les Ermitages

Grand tour (32 km quand même) au départ de Petra Felix. La première partie de la randonnée se fait dans une partie du Jura que nous connaissons moins bien, sinon pas. Le retour se fait en passant par le Mont Tendre.

La Combe de la Valouse

Retour à la Baragne Haute, sur les lieux de notre rencontre mémorable avec un lièvre. Mais comme nous préférons les courbes aux lignes droites (celle-ci a d’ailleurs un petit air de champignon nucléaire), nous n’y arriverons qu’après une série de tours et détours dans notre Jura bien-aimé.