Ojito

C’est ici que fut découvert et soigneusement extrait un des plus grands squelettes de dinosaure : le Seismosaurus, une variété de Diplodocus. Une bestiole longue de 33 mètres pour 10 à 16 tonnes.

Aujourd’hui, c’est décidément un jour de souvenirs.

Nous continuons sur la piste quelques kilomètres et arrivons à l’entrée de Ojito Widerness Area. Là encore, nous y avions fait deux balade mémorables, en 2012.

Un arbre couleur d’or sur la route, niché dans le lit d’un wash asséché.

IMG_2785

Disons que les trous qui ornent ce panneau ont été fait sciemment pour réduire la prise du vent…

IMG_2786

Sur le parking, une voiture est déjà présente. Dessous, une forme bouge. Un chien. Il se précipite vers nous dès que nous sortons de la voiture. Je me dirige vers le coffre et j’entends Stefano s’exclamer : Hé, mais regarde ! Je me retourne… Le chien est dans la voiture, sur le siège passager. Il est tout excité et déjà des traces d’urine maculent le siège. Je m’approche, le prends par le collier pour le faire descendre. Rien à faire. Je n’insiste pas trop, de peur de me faire mordre. Je file chercher une Clif Bar dans l’espoir de l’appâter. Raté! Il reste scotché sur le  siège. Soit !

IMG_2787

Stefano prend le relais, l’attrape par le collier, et tente de le tirer à l’extérieur de la voiture. Niet. De drôle, l’histoire commence à ne plus être drôle du tout… Nous ne pouvons laisser le chien seul dans la voiture et partir. Nous discutons un peu et Stefano attrape un bâton. Ces bâtons ont une histoire ! Au-delà de nous avoir accompagnés et soutenus lors de randonnées extraordinaires dont la dernière en date est notre South Rim to North Rim, ils ont également servis un jour à déblayer une route envahie de tumbleweeds (voir le billet Lower Fish Creek). Aujourd’hui les voilà en passe d’être reconvertis en pique-boeuf, ou plutôt pique-chien.

Ce ne sera pas nécessaire. Une silhouette apparaît à l’horizon. Sac à dos, énorme fusil à la main, peut-être bien une mitraillette. Je vais à sa rencontre. Il me demande si nous avons aperçu un chien. Je lui explique la situation. Il me dit : lorsque j’ai tiré le premier coup de feu, le chien est parti en courant. Ah ah ah, pas surprenant. Il appelle le chien qui descend aussitôt.

Nous pouvons enfin nous préparer.

IMG_2788

Emptiness…ce que nous aimons. Au fond, El Cabezon.

IMG_2790

Nous voici encore sur les traces de papis d’Albuquerque, merci pour leur tracé et leurs conseils.

Le paysage est très différent de celui que nous avons pu admirer hier. La végétation, même maigre, occupe le terrain et pour l’instant, les formations géologiques sont invisibles.

IMG_2792

Ce bloc de rocher nous est familier. P’être bien que nous étions baladés par ici en 2012. Sitôt rentrés, je fais une recherche sur le blog, notre mémoire collective. Effectivement, nous étions vraiment dans le coin, le 15 avril 2012 : Farmington to Bernalillo.

Nous nous étions interrogés quant à son origine : arbre pétrifié ou non et avions opté pour la réponse négative.

IMG_2795

En voici un autre, dont l’origine est tout autant incertaine.

IMG_2798

Nous arrivons à un point référencé comme Dino Dig. Ici, en 1985, des restes d’un dinosaure furent découverts : le Seismosaurus. Le Seismosaurus est un Diplodocus; celui trouvé ici a une longueur estimée à 33 mètres pour un poids de 10 à 16 tonnes. Voici le lien vers le récit de la découverte : Seismosaurus – The Earth Shaker.

Sans surprise, nous ne voyons rien, à part du sable, …des cailloux…

IMG_2802

et des traces de pas. L’endroit semble fort fréquenté.

IMG_2800

Le tracé de Stefano se dirige vers le bas. Chic, il y a deux ans, nous n’avions pas eu le temps d’y descendre.

IMG_2801

Aussitôt dit, aussitôt fait.

IMG_2803

Un wash coupe la mesa. Ça fait bien longtemps qu’il n’y a pas eu d’eau ici.

IMG_2808

Nous rentrons dans le wash, que nous suivons sur quelques centaines de mètres. Objectif : trouver un endroit où il sera facile d’en sortir, afin de continuer vers la direction indiquée par le GPS.

IMG_2813

Même si nous n’aimons pas les tamaris, il faut reconnaître que la couleur orangée qu’ils apportent au paysage est du plus bel effet.

IMG_2814

Nous sortons du wash ici. Stefano me tend une main secourable.

IMG_2817

La mesa du niveau supérieur, là où il y a le Dino Dig.

IMG_2819

Une clôture nous barre le chemin. Hum, difficile de trouver un endroit pour passer sans enlever le sac à dos. Quel stress !

Stefano se résigne.

IMG_2824

Nous replongeons dans le wash.

IMG_2827

Re : Tamarisk aux couleurs d’automne.

IMG_2828

Nous descendons encore d’un niveau.

IMG_2831

Marrant, cette pierre posée ici. Elle ressemble à une enclume.

IMG_2830

Heureusement qu’il fait beau car il faut reconnaître que la balade est dans l’absolu, plutôt… monotone. Mais pour nous, citadin habitant la 4ème ville la plus grande des Etats-Unis, la sensation de solitude et de grands espaces qu’elle procure nous est bénéfique.

La voiture est là, quelque part au pied de cette mesa.

IMG_2841

Et là, tout d’un coup, une dune de sable rouge.

IMG_2836

Puis, quelques cailloux qui, sans être extraordinaires, sortent de l’ordinaire…

P1010870

Rejoindre la route semble facile. C’est sans compter le lit d’un wash, profond de 2 à 3 mètres et infranchissable.

IMG_2844

Stefano suit un sentier de vaches car, dit-il, les vaches, elles savent….

Effectivement, les vaches savent, car nous arrivons sans encombre à la route au moment où elle traverse le wash.

IMG_2848

Nous retrouvons la voiture intacte et partons pour Farmington.

Avant de rejoindre la US-550, je demande à Stefano de s’arrêter. Le jaune des herbes est magnifique. Chacune d’elles se termine par une houppette poilue en forme de croissant de lune.

IMG_2852

Ce soir, fajita à gogo au Tequila’s Restaurant. C’était notre cantine en 2012, mais là nous sommes déçus. Nous ressortons du restaurant nourris, certes, mais avec en prime les vêtements imprégnés d’odeur de cuisine pour les 4 prochains jours, au moins !

Stefano devant une copieuse portion de fajitas au Tequila's Mexican Restaurant, à Farmington.

Faune du jour

Ce n’est pas un pika, ce n’est pas une marmotte, mais alors qu’est-ce que c’est ? Nous l’avons repéré grâce à son cri, qui n’est pas un sifflement mais ressemble plutôt à un appel.

IMG_2842

Vaches solitaires.

IMG_2854

P’être même bien que c’est un taureau…

IMG_2856

Autoportraits du jour

Stefano et Marie-Catherine à Ojito Wilderness, Nouveaux-Mexique.

Références externes

En anglais

Galerie d’images