Le Crot

Le weekend de Noël est là. Dans sa hotte, le Père Noël nous apporte 3 jours de beau temps. Brouillard sur le plateau, grand ciel bleu sur les hauteurs. Pas de grande randonnée aujourd’hui, mais quand même un petit 12km sur une neige tantôt douce, parfois craquante et souvent mouillée.

C’est le week-end de Noël ! 3 jours de congé et 3 jours annoncés voire confirmés de beau temps.

Nous avions prévu de partir du camping de Bassins mais la route se recouvre de glace à partir des Plattets. C’est donc de là que nous partirons.

Stefano, hilare, me montre le sentier et me dit : aïe, ça va monter… Effectivement. Ça monte et ça monte sec.

Nous sommes à la limite entre la mer de nuages qui recouvre le bassin lémanique et le grand ciel bleu.

Un petit chalet privé, en montant vers la Chaumette.

Entre brume et soleil…

La Chaumette. Nous réalisons qu’il y a qu’en hiver que nous nous en approchons. L’été, c’est une buvette et un restaurant d’alpage. Souvent il y a foule.

Les sangliers sont passés par là.

C’est là que nous enlevons une couche. La première montée nous a mis en nage.

Hum j’ai des doutes quant au slogan de gauche : pour chasser le médecin, prenez raclette et bon vin. Quant à l’affiche de droite, la sécurité alimentaire a été effectivement acceptée le 24 septembre: un large oui à la « sécurité alimentaire ».

Ciel d’hiver et du Jura.

Allez, une petite dernière avant de quitter la Chaumette.

Une belle montée nous attend lorsque nous rejoindrons la route, au bout de cette longue ligne droite.

A la lisière des arbres, le parking du camping de Bassins.

Nous, nous allons du côté opposé. On aperçoit Le Bugnonet, à gauche ci-dessous.

La seconde montée tient ses promesses : bien raide, sans fin, comme on aime.

La Dunanche, la mer de nuage, la Barillette et enfin la Dôle. Dôle à laquelle nous avons donné rendez-vous pour le jour de Noël.

Nous allons dire bonjour à la Pessette, elle aussi dédaignée les jours d’été.

Côté pile…

Côté face à la chaîne des Alpes.

C’est d’ailleurs plus un abri qu’un chalet.

Nous reprenons la montée et arrivons en vue du Crot.

C’est là que nous décidons de manger notre sandwich.

La neige du toit fond à vitesse grand V. Le soleil se reflète sur la pierre et il fait bon, presque chaud.

Comme nous avons pris notre temps ce matin, la journée sera courte. Stefano ne veut pas trop s’éloigner de la voiture. Nous restons donc plus ou moins à la même hauteur, nous baladant dans la forêt ou dans des combes.

Nous arrivons ainsi aux abord d’un pâturage. Stefano me demande : tu reconnais? Heu, comment dire, non, pas trop. Et vous ? Par contre je reconnais bien les traces que la pluie a laissé sur la neige. Mais ce n’est pas la bonne réponse.

Mais oui, bien sûr, les Orgères. MC voyons ! Sans reconnaître le chalet, le sapin (le second à droit du chalet) est inoubliable : on dirait un chandelier.

Stefano consulte sa carte et repère un sentier « secret » qui devrait nous ramener vers notre point départ. Nous y marchons pour la première fois de mémoire de Two Swiss Hikers. Que du bonheur. Effectivement, il nous emmène à flanc montagne vers la Chaumette, que nous rejoignons par son côté sud-ouest.

Nous terminons notre balade dans le brouillard.

Aujourd’hui, c’était une journée de mise en jambe. Nous avons encore demain et le 25 décembre. Oui, c’est suffisamment rare pour le répéter : 3 jours de beau temps sur 3 jours de congé. On ne pouvait rêver de plus beau cadeau de Noël !

Autoportraits du jour

A la Chaumette.

Au Crot. Stefano est en mode « oh non, encore un autoportrait ». Moi, je pouffe de rire !

En mode plus relax, toujours au Crot, que l’on voit d’ailleurs dans le reflet de mes lunettes.

Au-dessus des Orgères.

Galerie d’images