Peekaboo Trail

C’est de loin la plus jolie balade que nous ayons faite à Needles. A chaque détour, nous découvrons des paysages d’une extraordinaire beauté.

Cette nuit, nous ne nous sommes pas levés ! Événement marquant à consigner dans les annales des Two Swiss Hikers.

Et même si nous n’avons pas dormi non-stop, nous avons vraiment bien dormi ! Avouons que nous avons mis toutes les chances de notre côté en prenant, comme le premier jour, le soir au coucher, une dose de zzzQuil, un sirop facilitant l’endormissement et ne générant pas de dépendance. Simon, un collègue de travail, m’avait mis sur la piste en me confiant qu’il fallait toujours avoir une de ces petites gourdes métalliques et plates remplie d’alcool. Nous nous avons préféré la solution chimique.

Donc, vers 7h, lorsque le ciel blanchit, nous sommes, somme toute, assez contents de sortir de notre grotte. Le ciel est voilé et il fait un tout petit petit peu moins froid qu’hier.

P1100028

Le petit déjeuner se prépare néanmoins avec les gants aux mains et les chaussettes aux pieds.

Nous aérons également les sacs. Ce matin, nous avons reçu quelques gouttes d’eau sur le museau, la faute à la condensation.

P1100032

Nous partons du camp, à pied. Normal, car nous empruntons le même sentier qu’hier, afin d’aller jusqu’à la jonction avec le Peekaboo trail.

IMG_0109

Il n’y a pas si longtemps j’écrivais : refaire deux fois le même sentier, c’est un peu comme se servir une seconde fois une bonne portion de son plat préféré. C’est toujours meilleur la seconde fois. Oui, c’est tout à fait cela. D’autant que le ciel est maintenant dégagé et que la lumière est exceptionnelle.

IMG_0113

Lorsque nous arrivons en vue de Lost Canyon, un petit regard en arrière afin de vérifier que notre point de repère soit toujours là (on ne sait jamais !).

IMG_0115

Tout à l’heure, nous étions (voir la photo ci-dessus) entre le second et troisième bloc en partant du bord gauche de la photo. Nous avons suivi le ridge, à la frontière entre la roche grise et la roche rouge.

P1000063

Lors de la descente dans Lost Canyon, il y a petit endroit exposé. C’est pile l’endroit où Stefano choisit de s’arrêter pour contempler le fond du canyon !

IMG_0125

Nous arrivons à la jonction sur les coups de 10h30.

P1000064

Nous quittons Lost Canyon et partons vers l’inconnu.

IMG_0126

Le premier raidillon nous amène sur un plateau de slick rock.

IMG_0129

Au fond, enneigées, les La Sal Mountains.

La vue est exceptionnelle…

IMG_0130

… et l’endroit est exceptionnel…

IMG_0142

Nous suivons sur le ridge (ou la corniche), ce qui nous  faire une série de U, au gré des contours tarabiscotés du plateau. Pas clair ? Alors voilà : une photo vaut mieux qu’un long discours. La corniche est comme de la dentelle.

IMG_0157

AI, celle-là est pour toi !

P1000074

Il y a moins de 30 minutes, nous étions au pied du téton rocheux.

IMG_0161

Il nous faut même passer un trou pour pouvoir continuer. C’est la fête.

Aggregation_01

Derrière, un autre canyon et la corniche qui continue.

IMG_0167

Midi… Un petit knob (monticule arrondi semblable à un bouton de porte) nous fait un clin d’œil : l’endroit idéal pour se poser un peu, admirer le paysage, manger une Clif Bar et envoyer le message SPOT du jour.

P1000090

Au loin, sur notre gauche, nous distinguons une piste, longeant un creek.  C’est par là que le sentier semble se diriger.

IMG_0172

Stefano part explorer une grotte. J’en profite pour poser mon sac à dos, m’asseoir par terre, fermer les yeux, les rouvrir, les fermer à nouveau en me disant : non, je ne rêve pas… C’est la réalité !

IMG_0180

Quelques centaines de mètres plus tard, Stefano me fait remarquer une formation rocheuse particulière et me dit : regarde, il y a des ruines !

P1000108

Euh… Moi, je dois être occhio di talpa (œil de taupe). Lui, son nom c’est occhio di falco (œil de faucon). Je ne vois rien. Mais si, regarde bien !, me dit-il.

Je m’approche… Je ne vois toujours rien.

IMG_0181

Ça y est ! Sur quasiment toute la longueur de ces deux rochers, sur la partie la plus étroite, à la frontière entre les blocs de rochers et leur socle, je découvre toute une série de petits greniers.

P1000099

De certains, il ne reste qu’un vague alignement de pierre. Mais d’autres sont en parfait état.

P1000096

Voici la vue tout autour.

IMG_0185

Sous une pierre, un morceau de caillou noir attire mon attention. Non, ce n’est pas un caillou, c’est un bout de poterie ! Je suis toute excitée à l’idée de toucher quelque chose fait il y a plus de 800 ans.

IMG_0194

Œil de faucon me dit… Regarde ! Je regarde et vois un magnifique paysage…

IMG_0199

Patient, il pointe le doigt… Zoom par là ! Mais oui, c’est vrai, un petit grenier !

IMG_0200

Ciel, il est déjà 13h. Nous nous remettons en route et continuons notre descente vers le creek. 

Malgré l’échelle, ce passage n’est pas facile ! L’échelle semble être vrillée et l’équilibre s’en ressent… Nos deux mains ne sont pas de trop pour nous cramponner aux barreaux.

IMG_0202

Le sentier est maintenant au niveau du creek, le Salt Creek.

La barre rocheuse est interrompue au niveau d’un hoodoo.

IMG_0203

En arrivant à proximité du passage, nous découvrons ceci !

IMG_0204

Un panneau explique que les pictogrammes blancs dates d’une période comprise entre 1000 et 1300 apr. J.-C. mais qu’ils se superposent à des dessins plus anciens, de couleur rouge réalisés avant.

Effectivement, nous arrivons à les discerner.

Aggregation_02

Non loin, des empreintes de main.

P1000117

Puis des dessins plus cabalistiques…

Nous sommes aux anges !

P1000119

Le panorama est incroyable. D’un côté de la « porte », le Salt creek.

IMG_0211

De l’autre côté, toujours le Salt creek. Facile de comprendre pourquoi, outre la beauté de l’endroit (et je suis certaine que ce critère était important aux yeux des Puebloans Indians), la proximité de l’eau a pu les séduire.

IMG_0212

Le hoodoo fait très certainement parti du choix…

IMG_0214

Stefano regarde sa montre. 13h30. Rapide calcul : partis à 09h00. Il est 13h30. 4h30 que nous sommes en route. Si nous ne voulons pas préparer la popote à la frontale, nous devons penser sans tarder au retour.

Je regarde une dernière fois cet endroit magique et me fais une promesse : un jour, nous viendrons camper ici.

Pas de boucle aujourd’hui.

IMG_0219

Nous allons rentrer sagement par le même chemin. Nous nous réjouissons déjà car à l’aller, le soleil de face nous a empêcher de faire quelques belles prises de vue.

Comme celle-ci par exemple…

IMG_0239

En vrac : l’échelle, pas plus facile à la montée qu’à la descente (1). Lancement de fusée (2) ? Un passage où nous devons faire un peu de scrambling (3).

Aggregation_03

Nous avons rejoint depuis bien longtemps la jonction vers Squaw Flat.

Nous n’avons pas vu âme qui vive.

IMG_0246

Nous sommes sur la dernière barrière rocheuse. C’est la dernière fois que nous passons ici pour ces vacances. Car demain, avant de partir pour Blanding, nous retournerons à Chesler Park car une tempête de ciel bleue se prépare.

IMG_0255

Les ombres s’allongent… Au fond, la barrière rocheuse montrée ci-dessus.

IMG_0271-1

Mais diable ! Comme un arbre mort peut-il arriver à être si beau ?

IMG_0274

Et lorsqu’il y en a deux… c’est… doublement beau.

IMG_0264

Nous arrivons au camp vers 17h0… Just in time pour faire une petite lessive car si le mérinos ne sent pas, la couche supérieure a pris quelques odeurs (1)…

Au menu, Chicken & Rice. Je farniente pendant que l’eau chauffe (2). Et là, une vue d’ensemble de notre campement (3).

Aggregation_04

Nous sommes au chaud, confortablement installés, prêts à entamer notre nuit avant… 19h.

Vous savez quoi ? Nous avons pris goût au camping !

IMG_3102

Faune du jour

Un cousin lapin qui est venu régulièrement gambader à proximité du camp. Ce matin, il se laisse même photographier.

IMG_0107

Autoportraits du jour

A la jonction du Peekabo Trail

P1100034

Lors de la pause de midi…

P1100035

Lors du retour.

P1100036

Références externes

test

Galerie d’images