Le Pré de Mollens

Hier samedi, et malgré le temps magnifique, les aléas de la vie (!) ne nous ont pas permis de sortir dans le Jura. Pas très grave au fond puisque nous savions que le jour suivant, aujourd’hui dimanche donc, nous allions profiter un max et rattraper le temps perdu.

Nous quittons la maison sous le stratus. Nous sortons de la grisaille à Saint-George. Comme le remarque Stefano, le village est coupé en deux : en bas, dans le brouillard, en haut, sous un ciel limpide.

8h57, nous sommes prêts. Stefano vérifie les derniers détails au niveau des GPS-Logger. Pour ceux et celles qui nous suivent régulièrement, sans doute avez-vous reconnu le parking du col du Marchairuz, parking utilisé lors de notre dernière balade de l’année 2012 (le Mont Tendre).

DSC01377

L’idée du jour est de descendre jusqu’au Pré de Saint-Livres, passer par les prés de Ballens et de Mollens, remonter sur le Mont Tendre avant de rentrer. Nous verrons bien là où nos jambes voudront bien nous emmener.

Les premiers pas se font à l’ombre.

Le sentier que nous suivons est marqué de rouge, de bleu et de vert. Le rouge est un peu plus difficile à déceler, mais il est là… Qui cherche trouve !

DSC01382

Le soleil n’est pas loin… Nous l’attendons impatiemment. Ou peut-être irons-nous plutôt à lui ?

Nous passons par le Pré que J’aime (oui oui c’est son nom) et je me prépare psychologiquement à la descente… Qui dit descente en début de balade, dit montée en fin de balade… Aïe aïe.

DSC01391

Avez-vous vu la lune, au dessus des 3 sapins ?

Nous descendons vers le pré de Saint-Livres, en contrebas des Monts de Bière Devant.

DSC01399

C’est vraiment une « mer » de nuages.

P1040635

Stefano a cadré cette photo avec amour. Le résultat – la photo de gauche – est à la hauteur.

Aggregation_1

Le ciel est étrange. Nous ne sommes pas certains de terminer la journée sous le ciel bleu.

P1040638

Nous arrivons à proximité de la Foirausaz.

Contrairement à nos itinéraires habituels, nous longeons le pré côté ouest.

Le couvert.

DSC01409

Le chalet de la Foirausaz. Pour éviter de marcher en dévers, nous descendons dans le trou (et la température en profite pour descendre également d’au moins 10°) avant de remonter (la température itou). J’ai les poils du nez qui gèlent (ouais je sais, c’est pas très féminin ni délicat mais… 1. tout le monde à des poils dans le nez – même les stars – 2. c’est la vérité !)

DSC01412

Nous nous approchons et le contournons…

P1040639

Deux hikers, deux traces…

DSC01415

La couche de neige est encore importante, malgré les conditions printanières.

P1040642

Croûtée par endroit, mais molle et lourde parfois, la neige s’incruste sous nos raquettes en les alourdissant soudain d’un bon kilo. Kilo qui nous accompagne durant les 3 ou 4 pas suivants, avant que la neige ne se libère.

Nous arrivons au chalet du pré de Saint-Livres. Devant, un « coral » de pierres sèches, et une belle clôture en ligne droite que nous avons suivie un jour, faute de pouvoir passer.

DSC01422

Mais aujourd’hui, pour passer, c’est facile : il suffit de marcher !

P1040645

Puisque nous sommes à l’ouest du pré, nous en profitons pour nous approcher de la glacière. C’est la première fois que nous la voyons de près. Nous nous promettons d’y repasser en été, afin de descendre l’échelle de fer. Mais sans aller plus loin, car les deux Swiss Hikers aiment l’air libre.

Entre le Pré de Saint-Livres et le Pré de Mollens, il y a tout un monde de prés : le Petit Pré et un autre pré au nom bizarre : la Corne.

Ici, nous quittons le Pré de Saint-Livres.

DSC01428

Entre le Petit Pré et la Corne, il y a un mur et un panneau.

P1040647

Un peu plus loin, un choix s’offre à nous : la version facile (le Mont Tendre via la Druchaux et la Pivette), la version un peu plus tchi-tchi (qui n’est par marquée d’ailleurs, c’est la 4ème direction). Mais comme tous les chemins mènent à Rome nous décidons de partir à l’aventure vers la 4ème direction qui n’existe pas.

Nous traversons ainsi La Corne et faisons un détour pour aller voir le chalet de Pré de Ballens. Au loin, tout en haut, le Mont Tendre… On distingue le point géodésique dont je faisais allusion ici.

P1040652

Non loin de là, un petit chalet privé, tout mignon, malgré les écorces d’oranges et les peaux de banane qui souillent son porche.

DSC01435

Chou, non ?

P1040653

Et non loin, visible dans une trouée de sapins, le chalet du Pré de Mollens.

DSC01441

C’est l’endroit que nous choisissons pour la pause de midi.

DSC01445

Nous nous installons confortablement sur des souches en forme de tabourets et nous mettons au repos. Enfin moi, Stefano il aime bien se balader et ne reste que très rarement assis. La preuve.

DSC01448

Nous sommes surpris de voir que le toit n’a plus une once de neige et que surtout le devant du chalet est dégagé. La différence est flagrante par rapport au précédent chalet. Nous échafaudons diverses hypothèses : peut-être est-ce la tôle qui constitue le toit, peut-être des gens sont-ils venus déblayer ? Autant de question qui restent ouvertes.

P1040657

Nous nous remettons en route, route toute tracée d’ailleurs… La montée en quasi ligne droite vers le Mont Tendre.

DSC01456

Mignons, ces petits cœurs, non ?

DSC01457-1

Nous traversons les Bois de Fayes. Depuis que nous sommes repartis, Stefano a ralenti son rythme de progression, ce qui me va très bien. La monté se fait sans douleur. Comme toute montée, ce n’est qu’une question de temps.

Eh, ch’tite soeur, ceux-là aussi sont pour toi…

Aggregation_2

Nous savons que la région est truffée de trous donc nous suivons sagement le GPS qui nous fait suivre sagement le sentier jusqu’à ce que celui-ci disparaisse.

Un trou !

DSC01465

Par moment, il faut être créatif et savoir prendre une décision… Même si cela nous mène à une montée courte certes mais extrêmement raide.

De temps en temps, nous nous retournons par admirer la vue.

DSC01474

Et… bientôt (enfin 1h et 15 minutes après avoir quitté le chalet), nous voici en vue du Graal.

P1040662

Mais… Mais que fait Stefano à genoux ?

DSC01478

Une photo, bien sûr… Un bébé sapin et son papa…

P1040661

Le refuge sans nom en contrebas du Mont Tendre.

DSC01482

Nous montons faire un autoportrait près du triangle et attaquons le retour à la voiture illico presto. Il est 14h20 et comme dit Stefano, « la route est encore longue ».

Pour le retour, je demande à Stefano de suivre la crête.

DSC01488

Le soleil tape de face. Facile de deviner l’état de la neige. Une véritable soupe de printemps. Stefano me dit : « le week-end prochain nous ne sommes pas là – eh oui, nous serons au Tessin. A ce train là, la neige aura disparu le week-end suivant ».

Déjà, par rapport à lundi passé, les trous se sont considérablement agrandis.

P1040666

Allez, encore un joli paysage.

DSC01494

Nous longeons ainsi la crête et arrivons à la Pivette. Un groupe de skieurs de fond l’a investie et nous entendons leurs rires par les fenêtres ouvertes.

P1040667

Petit clin d’œil au Sorcier.

DSC01499

Une longue montée (enfin, pas si longue que ça, mais c’est que nous avons déjà 6h de rando dans les pattes) nous conduit à la Pierre à Coutiau et à Soyouz.

P1040668

Nous continuons notre route en contre-bas du Grand Cunay, entre la crête et la Combe du Cerf.

DSC01505

Regardez ce sapin et le nombre de ramifications partant de sa base. Impressionnant, non ?

DSC01506

Nous quittons le sentier pour partir dans des petites combes (appelées aussi combettes), tout en gardant une idée précise de là où nous voulons aller.

DSC01507

C’est parfois un peu erratique mais nous trouvons des surprises dans chaque recoin. Ici, par exemple, c’est la manière dont cet arbre à moitié vivant est tombé.

DSC01511

Nous retrouvons le sentier qui nous mène au chalet des Monts de Bière Derrière.

P1040673

Quelques mètres plus loin, un joli dessin laissé sans doute par un couple d’amoureux.

P1040676

Le chalet des Monts de Bière Derrière.

DSC01515

De là, nous avons encore près de 40 minutes de marche pour atteindre la voiture. Notre pas devient mécanique. Stefano m’avoue… « je suis cassé »… Ouf, moi qui n’osais pas m’avouer ma fatigue ! Elle est donc normale, puisque que partagée.

DSC01518

Nous arrivons à la voiture à 16h53. C’est mécaniquement que nous enlevons nos raquettes (tiens d’ailleurs, ça fait tout drôle de marcher sans) et que nous rangeons notre matos… Une bonne fatigue qu’une bonne nuit de sommeil aura tôt fait de faire oublier.

Le tracé du jour

A venir, mais en attendant quelques chiffres :

–  près de 8 heures de balade,
– 21 km (notre record pour une balade en raquettes),
– 1301 mètres de dénivelé positif,
– 4 Clif bars,

Autoportraits

Au Pré de Saint-Livres.

DSC01426

A la Corne.

DSC01430

A l’heure du pique-nique, au Pré de Mollens.

Pré de Mollens - Vaud - Suisse

Au Mont Tendre, à même l’herbe…

DSC01486

Dans une combette…

DSC01508

Galerie d’images