La Sèche des Amburnex

Numero uno sur le parking du Sapin à Siméon à 9h38 ce mercredi 2 janvier. Not bad. D’entrée de jeu, Stefano rajoute la couche Gore-Tex.
Autant dire que l’air est frisquet. -2°, -3° ? Pas plus en tout cas.

DSC01219

Le pré d’Aubonne, de l’autre côté de la route.

P1040610

Magnifique, non ?

Nous restons du côté ouest de la route et nous dirigeons vers le Pré de Rolle.

12 à 15 cm de neige fraîche et légère sont tombés hier. La nuit a été glaciale et la neige est intacte. C’est merveilleux.

L’abri du Sapin à Siméon.

Sapin à Siméon

Il est des jours magiques. Aujourd’hui semble être l’un d’entre eux.

P1040613

Quelques nuages gris-noirs recouvrent encore certaines zones.

P1040614

Au loin, le chalet du Pré de Rolle.

DSC01234

Nous sommes souvent passés ici l’été… Le mur de pierres sèches est bordé de fleurs et les vaches sont postées non loin.

Nous prenons le sentier qui monte à la Fontaine Valier.

Stefano ne me l’aurait pas montrée, je serais passée à côté sans même la voir. Il faut dire qu’elle est bien cachée.

Fontaine Valier

Le soleil n’a fait pour l’instant que de brèves apparitions et nous avons même eu droit à quelques flocons.

DSC01243

Les arbres abattus témoignent des importantes chutes de neige.

DSC01245

Nous traversons le sentier des Crêtes du Jura et redescendons vers la Combe des Amburnex. Mauvaise surprise… Nous ne savions pas que le coin était un repère de skieurs de fond. Il va falloir éviter les pistes, amoureusement tracé par le ratrack que nous entendons au loin.

DSC01250

Nous longeons la route, en contrebas.

P1040616

Le soleil est de retour et nous sentons maintenant sa chaleur sur le visage. Il est 10h45.

DSC01261

Non loin du chalet de la Sèche de Gimel, un de nos murs préférés : c’est un des seuls qui soit bicolore, fait de pierres grises et ocres.
Bon aujourd’hui, nous dirons que ce détail n’est pas très visible.

P1040617

Le chalet de la Sèche de Gimel.

Chalet de la Sèche de Gimel

Le soleil joue à cache-cache. Stefano a beau l’implorer, il ne se décide à sortir franchement.

P1040618

Le Couvert de la Sèche de Gimel.

Couvert de la Sèche de Gimel

Nous allons vers l’Est, vers la Sèche des Amburnex.

12h24… L’heure d’un sandwich et d’une barre de chocolat du Danemark, dévorés debout, au soleil, en tournant sur nous-mêmes, tel des girouettes. Et ceci, pour 2 raisons : exposer au soleil toutes les faces de notre visage et apprécier le paysage.

Aggregation_01

Et Dieu sait si le paysage est grandiose.

DSC01283

Tiens, ici un arbre qui ne reverra sans doute pas le printemps (1).

Deux énormes sapins jumeaux (2).

Nous croisons un troupeau en raquettes. Une douzaine de personnes. L’une d’entre elles ne connaît pas la notion de Leave no TraceUn vilain mouchoir en papier souillé trône non loin d’un trou jaunâtre dans la neige. Dommage…

J’aime beaucoup le contraste de cette photo. Lumière du soleil mais nuages noirs à l’horizon (3).

Aggregation_02

Le GPS est souvent mis à contribution…  Même si nous (enfin, surtout Stefano) connaissons bien le coin, la neige rend l’orientation difficile.

DSC01297

Le chalet du Pré au Veau.

Chalet du Pré au Veau

Je m’exclame toutes les cinq minutes (si ce n’est pas toutes les trois minutes)… Que c’est beau ! C’est magnifique !
Extraordinaire ! Stefano, patient, m’écoute et me sourit.

DSC01301

Effectivement, me répond-il, ce sont de belles conditions hivernales !

DSC01303

Nous traversons une nouvelle fois la piste de ski de fond…

DSC01306

… et  montons en ligne droite, en direction du Chalet de la Neuve.

DSC01308

Je commence à sentir la fatigue. Les 15 cm de neige fraîche qu’il faut soulever à chaque pas ne pèsent que quelques dizaines de grammes, mais sur le nombre de pas, nous arrivons facilement à la tonne.

DSC01310

Le Chalet de la Neuve.

Chalet de la Neuve

Ou allons-nous ? Simple… Au Crêt de la Neuve, vu qu’il est à 2 pas.

P1040624

Nous traversons quelques mini-combes…

DSC01318

… guidés par les flèches jaunes et familières…

DSC01319

Le Crêt de la Neuve est là !

Crêt de la Neuve

Son drapeau ne flotte pas au vent car il s’est enroulé sur lui-même. Stefano tente bien l’impossible mais… trop petit (1) ! Ce n’est pas grave, flottant ou pas, la croix suisse se détache joliment dans le ciel bleu (2) (ou plutôt devrais-je dire, le trou de ciel bleu).

Aggregation_03

La vue sur le Léman reste extraordinaire.

DSC01328

Stefano me demande : « Il est 14h39, combien de temps encore veux-tu marcher ? « Ben… le plus possible ! »

P1040628

« OK, alors poussons jusqu’à la Perroude de Marchissy. »

Perroude de Marchissy

Nous retrouvons le sentier bien connu dit du Coq.

DSC01342-2

C’est le moment de prendre la direction de la voiture.

Et c’est alors que le ciel s’ouvre. Nous avons droite à une clarté et à une lumière extraordinaires.

DSC01353

Au loin, les Echadex.

DSC01355

Extraordinaire !

DSC01362

Le chalet du Petit Pré de Rolle.

Chalet du Petit Pré de Rolle

Le Mont Blanc au loin, bien dégagé.

DSC01365

Le couvert du Pré de Rolle, qui, il n’y a pas si longtemps, nous a servi d’abri, un jour de pluie !

DSC01369

Il n’y a plus de soleil non pas à cause des nuages mais plutôt à cause de l’heure. Il est 16h30.

DSC01374

Le chalet de Pré de Rolle ; nous sommes passés de l’autre côté, ce matin.

DSC01375

Nous arrivons à la voiture à 17h. Il fait -5°. Autant dire que nous ne traînons pas et que raquettes et chaussures sont encore pleines de neige lorsque nous les posons dans la voiture.

Wouah ! Plus de 7h de balade dans des conditions magiques. De quoi ré-attaquer le boulot demain, en pleine forme.

Autoportraits du jour

Au Chalet de la Sèche de Gimel.

DSC01270

Au même endroit.

DSC01273

Au Crêt de la Neuve.

Crêt de la Neuve

A la Perroude de Marchissy.

DSC01337

Ombres chinoises…

DSC01351

Galerie d’images