La Combe Grasse

Nous sommes rentrés de Tanzanie lundi passé. Si Stefano a repris le boulot comme prévu mercredi, je suis, quant à moi, restée à la maison pour cause de… maladie. Si si… J’ai même fourni à mon employeur mon premier certificat médical en 7 ans de bons et loyaux services. A la maison, impossible de monter une volée de marches d’escalier sans m’arrêter au milieu pour reprendre mon souffle. Bref, la déchéance !

Il était nécessaire donc, avant la reprise de lundi, de vérifier ma capacité à retourner au travail. Nous partons de la maison aux alentours de 11h, en direction de Saint-Cergue. Nous continuons en direction de la Givrine et nous rendons compte que nous ne sommes pas les seuls, loin de là, à vouloir profiter du soleil. Résultat : un bouchon et surtout pas de place. Nous faisons demi-tour pour nous garer dans une zone de chalets.

DSC02168

Stefano, super concentré, en train de nous trouver un itinéraire.

DSC02169

Nous partons à pied, raquettes à la main, pour une petite centaine de mètres, en direction du départ du sentier.

Les traces sont nombreuses, la neige est fraîche. Les rayons de soleil se fraient un chemin parmi les sapins. Le ciel est bleu. Bref, des conditions idéales.

DSC02171

Oui, oui, idéales…

dsc02176

Le sentier est parallèle à la route de la Combe Grasse, route que nous ne distinguons pas bien sûr. Mais donc, sans surprise, nous arrivons à proximité du chalet de la Combe Grasse.

C’est la première montée digne de ce nom… Même si mon cardio est un peu plus élevé qu’il ne devrait l’être, je me déclare guérie.

DSC02181

Deux arbres, deux traînées d’avion…

DSC02182

D’après la couleur du bois mis à nu, cet arbre est récemment tombé. Trop de neige ?

DSC02186

Pareil pour celui-là. J’ai profité du bout d’écorce resté à l’horizontal pour faire un autoportrait.

DSC02190

Stefano a une très bonne idée de là où il veut aller sauf qu’il n’y a pas de trace. Nous errons donc dans la forêt, zigzaguant, évitant tout ce qui pourrait ressembler à un trou masqué par l’épaisse couche de neige.

DSC02187

Même recouverts de neige, les murs en pierre sèches constituent d’excellents points de repère. Bientôt, nous voici dans une combe, la Grande Combe.

DSC02197

Nous ne partons ni à gauche, ni à droite, mais tout droit dans la pente. En haut, la Genolière

DSC02198

La Genolière… Beaucoup de monde : des promeneurs partis de la Givrine, à pied, en raquettes, en ski, en luge, …

Nous nous trouvons un petit coin tranquille et nous posons un moment pour pique-niquer.

DSC02204

Salut, père Noël !

DSC02206

Nous continuons notre montée face à la pente dans les Bois du Carroz. Beaucoup de traces d’animaux mais point d’hommes.

Stefano me trace un joli sentier.

DSC02215

Nous arrivons à la cabane du Carroz.

DSC02217

AI, tu crois qu’il est suffisamment mort, celui-là ?

DSC02218

Ou préfères-tu ce spécimen ?

P1050008

Au loin, le Noirmont.

DSC02224

Stefano m’avouera plus tard que nous n’y sommes pas montés afin de me ménager. Trop chou !

A partir de là, nous attaquons gentiment la descente. Nous restons au soleil, profitant des combes.

DSC02225

De temps en temps, nos pas nous mènent à une piste de ski de fond, que nous traversons précautionneusement. Il ne s’agit pas de se faire renverser par un fondeur fou…

DSC02228

Le Vermeilley.

DSC02230

Là aussi, beaucoup de monde, dû à la proximité de la piste de ski de fond

DSC02234

Nous suivons la Combe Froide.

Nous passons une zone de marécage. L’eau a formé un canyon dans la neige.

Le chalet du Haut Mont.

DSC02238

Joli, le passage de clôture.

DSC02243

La Cabane de Rochefort. Luana y a dormi quelques nuits, lors de ses séjours en colonie. Elle garde surtout le souvenir des toilettes, à l’extérieur, dans une petite cabane de bois.

P1050014

Au loin, la Dôle.

DSC02246

De combes en combes…

DSC02253

… d’arbres morts en en arbres morts…

DSC02251

… nous arrivons au Chalet Derrière.

DSC02255

Un seul pan de toit est dégagé.

P1050018

Des barres rocheuses nous interdisent de descendre dans la prochaine combe. Nous les longeons donc, dans la forêt.

DSC02262

Bientôt, nous retrouvons la Combe Grasse, et un chalet sans nom, certainement privé.

DSC02264

La Combe Grasse, dans toute sa splendeur.

P1050020

La boucle est bouclée. La chalet de la Combe Grasse et ses jolis volets peints.

DSC02265

Au loin, la Barillette.

P1050022

Nous sommes maintenant sur nos traces de l’aller.

Terminus. La voiture est juste là, de l’autre côté de la route.

DSC02269

Ravis de notre (petite) sortie, nous sommes prêts à attaquer notre semaine de boulot.

Autoportraits du jour

DSC02188

A la Genolière.

DSC02209

Non loin de la cabane Rochefort.

Quoi, qu’est-ce qu’elles ont mes lèvres ? Ben rien, juste 50’000 boutons de fièvre… C’est moche mais heureusement réversible.

DSC02242

Galerie d’images