Glacier National Park

Ça y est, nous y sommes. Glacier National Park – Montana. Faute de temps, nous n’avions pas pu pousser si au Nord en 2012 et depuis avions ajouté cette destination sur notre bucket list. Chose faite !

Nous sommes à Spokane – Washington.

Ces derniers jours, lorsque nous annoncions à des amis, connaissances, collègues de travail, que nous allions être en vacances, la première remarque était : encore ! Même la maman de Stefano y est allée de son ancora ! Injuste ! Complètement injuste ! Ces vacances, nous les avons méritées… Oui oui !

Arrivés tard hier soir, nous n’avons même pas dîné. Mais qui dort dîne, avaient coutume de dire mes parents.

Nous quittons l’hôtel vers 8h et filons en direction du premier des cinq Walmart que Stefano a aligné sur notre tracé. Bah, on ne sait jamais… Et si nous ne trouvions pas notre pitance de ces prochains jours ?

Nous sortons comblés du premier (!) et c’est avec notre provision habituelle de Clif Bars, barres de prot’ et céréales que nous prenons, le cœur léger et joyeux la route vers notre lieu de villégiature des 10 prochaines jours : Hungry Horse à quelques kilomètres de l’entrée ouest de Glacier National Park. Tout un programme, hein ?

Nous quittons l’état de Washington, traversons l’Idaho (le panhandle, à savoir la partie la plus étroite) et arrivons pour la première fois de notre vie dans le Montana. La moitié du parcours se fait dans les forêts et la seconde via des petites collines recouvertes d’herbe jaune et de sagebrush, ces buissons que l’on trouve également en Arizona, Utah, Nouveau Mexique, …

Lorsque nous avons atterri, hier, une forte odeur de bois brûlé nous a accueillis. Pas de quoi avoir les yeux qui piquent, mais pas loin.

Aujourd’hui, nous nous rendons à l’évidence : les feux de forêts qui ravagent l’état de Washington et les trois feux qui courent encore dans le parc y sont pour quelque chose et leurs conséquences ne passent pas inaperçues. L’air est définitivement trouble, comme par temps de brouillard.

Nous arrivons à Kalispell, et nous arrêtons au Cabela’s local pour acheter le dernier article de notre liste de courses : du Bear Deterrent, autrement dit, l’accessoire indispensable à trimballer partout avec sois dans le Montana, en cas de rencontre inopinée avec un ours.

L’idée est bien sûr de ne pas s’en servir mais bon, quitte à sauver sa peau, pourquoi pas.

Nous en profitons pour nous restaurer et un local nous confirme que de là où nous sommes assis, en temps normal, nous devrions voir les montagnes de Glacier National Park. Nous ne voyons rien, qu’une sorte de plaine brumeuse.

Nous arrivons à Hungry Horse et déposons nos bagages dans une adorable petite cabine non loin de la route et surtout à deux pas d’un restaurant. Hum, intéressant…

Nous repartons en direction du parc, histoire de nous faire une première impression.

Et, évidemment, il y a la traditionnelle photo de l’entrée. Pas d’autoportrait, car aucun support ne permet de poser l’appareil. Et comme nous n’avons pas de talents de télékinésie dans notre poche…

IMG_2404

Nous prenons la direction du Logan Pass, ce col qui sépare le parc en deux parties : la partie est de la partie ouest.

Le tracé de la route se divise en quatre parties : la première partie longe le Lake Mc Donald, la seconde longe le Mc Donald Creek (car il faut bien que de l’eau arrive de quelque part pour alimenter le lac), la troisième attaque le flanc de The Garden Wall par le nord ouest jusqu’à The Loop. The Loop marque le point de l’unique épingle à cheveux de la route. Et la quatrième partie va du Loop jusqu’au Logan Pass.

La route elle-même porte le doux nom de Going-To-The-Sun Road. J’aime !

Cette dernière partie sera la préférée de Stefano. Lorsqu’il se rend compte qu’un petit muret de 1 pied de hauteur le sépare du grand vide, il lève le pied de l’accélérateur (pourtant, il ne roulait pas plus vite que la vitesse autorisée) et se déporte légèrement au centre de la route. Je vois ses phalanges blanchir, serrant fort le volant.

Nous nous arrêtons dans la dernière section, histoire de faire quelques photos. Le ciel est bleu mais l’air trouble.

IMG_2407

Voici la route, taillée sur le flanc de The Garden Wall.

IMG_2405

Arrivés à Logan Pass, nous nous garons et sortons respirer l’air pur (bon un peu chargé de fumée, je vous l’accorde).

DSC_2120

Des badauds pointent du doigt des points mouvants sur la montagne.

Un coup de zoom et nous découvrons des mouflons canadiens ou Bighorn sheeps.

P1030077

Ces mouflons se trouvent sur le pierrier de la photo du jour ci-dessous. Le zoom du petit Panasonic de Stefano est incroyable.

Et non, ce n’est pas une photo de pub pour voiture !

DSC_2127

Nous avons croisé deux ou trois de ces bus-voitures : ce sont des Ford, roulant au gaz naturel. Leur silhouette, très rétro, est charmante.

IMG_2421

Le Canada est à moins de 50 km. La partie nord du parc se situe au Canada, d’ailleurs.

DSC_2130

Nous montons vers le visitor center et empruntons le Hidden Lake Trail, histoire de nous mettre encore mieux dans le bain.

Nous n’avons pas l’intention d’aller loin… Non seulement il est tard (presque 18h) mais nous n’avons ni sac à dos, ni chaussures de rando.

Quelques dizaines de mètres après avoir quitté le visitor center nous croisons un groupe de personnes et un ranger. Nous entendons parler de grizzli à proximité et comprenons que le ranger était là dans le but de tenir à distance les touristes.

Mais, à priori, le grizzli est parti.

Nous continuons et quelques mètres plus loin, quelques personnes sont regroupées, appareils photo à la main.

Le grizzli est de retour, à moins de 50 mètres du sentier. Il creuse le sol avec ses pattes avant et enfouit son museau dans la terre, avec de grands mouvements. Il cherche des grubs, en préparation de l’hiver, nous dit un homme. Les grubs sont des larves bien grasses qui vont aider l’ours à faire ses réserves de graisse pour l’hiver qui s’annonce.

Nous engageons la conversation avec un groupe de 4 italiens de Bergamo. L’une des filles nous fait promettre de lui envoyer la photo suivante : elle n’a pu capturer qu’une ombre.

P1030075

Inutile de vous dire que nous sommes tout excités et surtout très contents d’avoir nos Bear Sprays dans nos poches. Les ours, ici, ce n’est donc pas un mythe.

Voici le trail. C’est un des trails les plus fréquentés du parc car goudronné ou revêtu de bois sur la majeure partie.

DSC_2133

Stefano, en train de prendre la photo ci-dessus.

IMG_2428

En revenant sur le parking, nous constatons un nouvel attroupement.

Non loin des bighorn sheeps, un autre ours. La bosse, au niveau des épaules, nous indique qu’il s’agit une fois de plus d’un grizzli, le moins commode des ours : celui à ne pas rencontrer de près.

P1030078

Nous prenons le chemin du retour à la cabine.

Le soleil se rapproche de l’horizon, grosse boule rouge à cause de la fumée.

Nous nous arrêtons au bord du lac, histoire d’immortaliser l’instant.

IMG_2430

Nous posons la voiture à la cabine et marchons les 100 mètres qui nous séparent du restaurant. Nous nous asseyons brièvement à une table à l’intérieur mais la climatisation nous fait vite opter pour une table dehors.

Un haut-parleur non loin diffuse de la bonne musique et nous nous enfonçons dans nos chaises avec délice, une choppe de Kokanee, une bière canadienne, à la main.

Nous retrouvons nos 4 italiens installés à une table voisine. Il nous font promettre à nouveau de ne pas oublier d’envoyer la photo de l’ours.

Nous n’avons peut-être pas trouvé notre cantine mais nous quittons le restaurant repus et ravis de notre expérience.

Flore du jour

Purplestem Aster - Symphyotrichum Puniceum
Purplestem Aster – Symphyotrichum Puniceum

Autoportraits du jour et de la veille

Une fois n’est pas coutume : un petit retour en arrière. Hier, à l’aéroport de Denver.

IMG_3718

Aujourd’hui, au Logan Pass…

IMG_3721

… et au restaurant du Historic Tamarack Lodge & Cabins.

IMG_3723

Références externes

En français

En anglais

Galerie d’images