Pueblito et ruines à Crow Canyon

Nous partons en exploration, hors des sentiers battus. D’abord, nous nous frayons un chemin vers une tour de guet, un pueblito (petit village). Puis, sur les conseils de Chuck, un baroudeur de la région, nous refaisons une partie du chemin de ce matin pour aller admirer, de très loin certes, des ruines perchées au sommet d’une falaise.

Poursuite de notre exploration de Crow Canyon. Arrivés à la voiture, Stefano me redemande encore une fois si je veux aller voir le pueblito. Oui, oui, je veux, je lui réponds. Une nouvelle ruine… Comment ne pas y aller alors que nous sommes si proches…

Nous suivons la piste en descendant. Tout à l’heure, en arrivant en voiture, nous étions passé devant un pick-up transformé en caravane. Un vieux truc bricolé. Lorsque nous arrivons à proximité, un gars est là, assis sur une chaise. Nous le saluons et engageons la conversation. C’est un local à la retraite, qui s’est mis sur le tard à la randonnée. Il connaît vraiment bien l’histoire de la région et les diverses batailles qui ont conduit à la défaite des Native Americans. Il nous raconte des anecdotes et nous demande si nous avons vu les ruines, plus haut dans le canyon. Nous le regardons avec des grands yeux. Des ruines ? Si, si, nous assure-t-il. Il nous dessine un croquis rudimentaire sur le sable. Je vois exactement où nous aurions dû bifurquer pour remonter,  sur quelques centaines de mètres, un autre canyon. Nous papotons depuis une trentaine de minutes. Pour ne pas y passer l’après-midi entier, nous devons couper court poliment à son cours d’histoire. Chuck (c’est son nom), nous confirme qu’il n’y a pas de sentier pour monter au pueblito mais nous assure que c’est faisable.

Le pueblito se situe sur le premier niveau de cette mesa. Il nous faut donc passer une falaise d’une vingtaine de mètres de hauteur. A droite du pueblito (qu’on ne voit pas sur la photo précédente – pas la peine de le chercher), la falaise s’est éboulée et il y a une grande coulée de sable et de rocher. C’est par cet éboulis que nous choisissons de passer.

La marche d’approche se fait au travers de buissons, dont la majorité n’est pas hostile (comprenez, pas d’épines). Au bas de l’éboulis, je me mets en mode montée (la première vraie montée de nos vacances) et me concentre sur les chaussures de Stefano. La montée est raide, mais courte. 80 mètres de dénivelés, tout au plus. Il faut faire attention aux rochers qui ne demandent qu’une petite aide pour dévaler la pente.

Premier aperçu du pueblito.

Nous longeons encore un peu le ledge et nous y sommes. Et voilà el pueblito et sa face ouest.

Pueblito à Crow Canyon, près de Farmington, Nouveau-Mexique.

Et là, sa face est.

Vue sur le pueblito et Crow Canyon en contrebas.

Ce site est récent, comparé aux ruines que nous avons l’habitude de voir. Il date de la période dite Navajo Gobernador (1700-1775). La pièce centrale, construite sur le rocher est la seule construction encore debout. Des autres pièces il ne reste que des alignements de pierre, hauts d’une vingtaine de centimètres, dont certains ont été « absorbés » par la végétation.

Les troncs ou branches présents sont très certainement ceux utilisés pour la construction du toit.

Crow Canyon Pueblito - Crow Canyon - New Mexico

Voici le côté du pueblito faisant face au canyon.

Pendant que Stefano consomme des pixels par millions, je commence à explorer le bas du rocher, côté canyon à la recherche de bouts de poterie.

Et bouts de poterie il y a : ils ne sont pas nombreux et touts petits, mais ils sont là. Je jubile.

Fragments de poterie au pueblito de Crow Canyon, près de Farmington, Nouveau-Mexique.

Quelques dessins ornent le socle de la pièce principale. La forme anthropomorphique ainsi que la lance (ou flèche) semblent authentiques. Des initiales et dates, plus ou moins récentes, viennent souiller le tout.

Il ne nous reste plus qu’à redescendre.

Nous arrivons sur la piste aux alentours de 13h30. Nous repassons vers le camping car de Chuck qui a disparut. Mais son croquis dessiné sur le sable est lisible. Nous l’étudions à nouveau et je confirme à Stefano que je vois très bien par où il nous faut passer. C’est décidé, nous irons jeter un coup d’œil à ces ruines.

Nous refaisons donc le chemin en sens inverse, repassons près de la voiture et continuons dans le wash.

Notre Cottonwood tree est toujours là. Le soleil par contre s’est fait plus timide.

Nous restons dans le wash et trouvons sans problème la bifurcation. Elle est au niveau du lit d’un petit wash qui vient rejoindre le wash principal. Tout à l’heure, en passant ici, j’avais hésité à aller l’explorer car quelques traces de pas étaient présentes.

Quelques 300 mètres après avoir bifurqué, Stefano lève les yeux et me dit : elles sont là.

Moi, je ne vois rien. Et vous ?

Et bien si, il a raison. Tout en haut, mais vraiment tout en haut, immédiatement au-dessous du sommet de la mesa.

Wow… Les constructions ont l’air en excellent état. Normal, car elles sont quasiment inaccessibles. Chuck nous a dit qu’une piste permet d’accéder au sommet de la mesa et que de là, il est possible d’y descendre. A faire une fois absolument, car ces ruines sont extraordinaires.

Au centre, il y a une construction qui ressemble à une tour.

Au même niveau, sur la droite, nous discernons encore des constructions.

Nous sommes joyeux. Même si nous venons de rajouter un article dans notre bucket list qui en contient déjà tellement !

Il ne nous reste plus qu’à rejoindre la voiture et à poursuivre vers le Big Warrior Panel.

Flore du jour

Desert Paintbrush - Castilleja Chromosa

Nous avions rencontré des fleurs de la même famille en Oregon.

Spreading Flox - Phlox Stolonifera
Spreading Flox – Phlox Stolonifera

Autoportrait du jour

Stefano en train de faire le pitre, et moi ça me fait rire !

Stefano et Marie-Catherine au pueblito de Crow Canyon, près de Farmington, au Nouveau-Mexique.

Version mode plus sérieux.

Crow Canyon Pueblito - Crow Canyon - New Mexico

Références externes

En français
En anglais

Galerie d’images