Le Noirmont en hiver

Notre départ en Afrique approche à grands pas. Une semaine, 7 jours, 1 weekend.
Un week-end… Wouah, allez hop, debout !

A 10h30 nous sommes à la Givrine et trouvons une place à moins de 20 mètres du départ de la piste. Troooooooooop bien.

Le ciel est bleu bleu bleu, la neige abondante et nous sentons déjà la chaleur du soleil.

DSC01679

Étonnamment, nous ne sommes pas les seuls à avoir eu l’idée d’une sortie en raquettes.

DSC01682

Mais nous ne sommes pas inquiets. La solitude nous la trouverons certainement, lorsque nous déciderons de quitter les sentiers balisés.

DSC01683

Un petit chalet. Il semble être parfaitement dans son élément.

DSC01684

Nous suivons environ 20 minutes la piste qui monte doucement, ce qui nous permet de nous chauffer.
Nous sommes partis « à fond la caisse » dira Stefano lorsque nous nous arrêtons enlever une couche.

aggregation_1

Puis, nous quittons le confort de la piste et obliquons en direction de la Cabane du Carroz.

Les traces sont fraîches du jour… Les bâtons n’ont pas de prise

C’est un enchantement. Les conditions sont idéales. La neige tombée récemment est très légère. Les arbres sont habillés de blanc.

DSC01697

Je m’exclame et m’extasie. Je m’exclame et m’extasie. Je m’exclame et m’extasie. Stefano, patient, me sourit.

DSC01701

Le sentier est nettement balisé.

aggregation_2

Un arbre mort, le ciel bleu qui contraste avec la blancheur de la neige, et voilà la plus belle photo du jour.

P1040739

Stefano tente vainement d’étreindre un petit sapin. Il s’échappe, se dérobe et le câlin se termine par de la neige dans les manches, les chaussures et les poches… Vilain petit sapin ! Mais bon, la mésaventure est vite oubliée… C’est TELLEMENT beau !

aggregation_3

Nous passons la cabane du Carroz d’où s’échappe de la fumée qui sent bon le bois mouillé, exactement comme aime Stefano. De la soupe de légumes pour 5 francs… Hum… C’est dommage qu’il soit un peu tôt pour manger.

P1040740

Nous poursuivons vers l’Arzière. Au fond, le Noirmont.

DSC01716

Arzière que voilà, justement.

DSC01717

Nous suivrons les traces visibles sur cette photo, longeant la ligne des arbres.

P1040743

Midi… Première Clif Bar. White Chocolate Macadamia Nuts… Miam !

L’idée est d’arriver au Creux du Croue. Stefano quitte les traces et nous nous dirigeons vers la Combe aux Tassons. Heureusement que nous avions pris des forces… La montée est… rude.

aggregation_4

Je me réjouis de vous montrer le chemin parcouru… Nous errons entre les sapins. Sur notre gauche, les falaises du Creux du Croue, que nous longeons, à distance respectable.

DSC01730

Nous rejoignons le sentier… Yes !

DSC01731

Au loin, le chalet du Creux du Croue qui nous semble être l’endroit idéal pour le pique-nique.

DSC01733

Je fais remarquer à Stefano qu’aujourd’hui est une des premières fois que nous venons ici avec le soleil. D’ordinaire, nous sommes sous la pluie, voire dans le brouillard.

DSC01734

Nous arrivons à la jonction du sentier qui rejoint la Bourbe. Monter dans le cirque ne nous semble pas une bonne idée… Même si les avalanches ne sont pas légion dans le Jura, mieux vaut quand même ne pas tenter le diable. Nous monterons donc par la crête, sur la droite.

DSC01737

Nous y apercevons d’ailleurs deux randonneurs.

DSC01736

Nous pique-niquons à proximité des panneaux jaunes. Un groupe arrive, venant de la Bourbe. Une dizaines d’hommes en raquettes. Ils commencent à dessiner un cercle dans la neige. Stefano lance : « A quelle secte appartenez-vous ? » Nous engageons ainsi la conversation et échangeons moultes plaisanteries. Ils nous annoncent que le prix d’entrée est fixé à 8’000 euros payables également en francs suisses. Stefano demande : « Le guru, c’est celui qui a la barbe la plus longue ? » Nous éclatons de rire en les voyant tous porter la main au menton, pour mesurer la longueur de leur barbe. Avant de partir, nous leur faisons l’offrande de deux Clif Bars.

La pause nous a refroidi et Stefano entame la montée d’un bon pas.

Très vite, nous surplombons le Creux.

P1040752

Heureusement que le soleil n’est pas franc, car nous serions en nage.

aggregation_5

Le chalet du Creux du Croue.

On distingue, tout à gauche de la photo, le groupe avec lequel nous avons discuté.

P1040754

Nous approchons du Noirmont.

Les sapins semblent pétrifiés, emprisonnés dans une gangue glacée.

DSC01761

Nous continuons notre balade en direction des Coppettes.

Le contraste du soleil et du ciel franchement noir est magique… tant qu’il ne commence pas à neiger, s’entend !

DSC01765

Mais avant les Coppettes, un chalet sans nom, appartenant à la commune d’Arzier.

Nous suivrons d’ailleurs les traces de ces randonneurs.

P1040758

Nous sommes heureux de ne pas être les premiers. Suivre des traces, même peu marquées, facilite grandement la vie… D’ailleurs, nous n’aurions jamais pu parcourir une telle distance sans elles. Même si la neige est ultra légère, nous nous enfonçons jusqu’aux genoux.

P1040760

Le « chalet sans nom appartenant à la commune d‘Arzier« … En fait, maintenant il y a un nom : c’est « le chalet sans nom appartenant à la commune d‘Arzier« . 😀

DSC01768

En allant vers les Coppettes

P1040761

Non, non, nous n’avons pas payé pour avoir de telles conditions…

C’est 100% gratuit. Il suffit juste de se lever le matin.

DSC01777

Famille de sapins pétrifiés.

P1040765

Une seconde croix et la Dôle, visible au loin.

P1040768

Nous coupons à travers la forêt, suivant des traces qui s’avèrent improbables…

aggregation_6

Les Coppettes. L’été, il y a des petits veaux… Certains se laissent même caresser.

P1040772

Nous trouvons de multiples dessins et inscriptions laissés par deux amoureux.
Ici, Stefano épure la ligne d’un coeur. Il ajoutera ensuite SD à gauche et MC à droite. Trop chou !

DSC01801

Stefano laisse le sentier bien tracé et trop « prévisible » pour une trace qui part à travers la forêt.

DSC01804

Nous passons à proximité du Sollier et rejoignons finalement le pré de la Givrine.

DSC01808

Nous arrivons à la voiture vers 17h. Il fait -5°.

Nous avons marché près de 6h20, pour 14,1 petits km et un dénivelé positif de 898 mètres.

Journée mémorable et un souvenir impérissable garanti pour cette balade aux conditions exceptionnelles.

Autoportraits du jour

En arrière-plan, l’Arzière.

DSC01721

Non loin des Coppettes.

DSC01792

Aux Coppettes… J’ai à peine eu le temps de revenir poser…
En témoigne la raquette que je suis en train de replacer. Quel stress !

DSC01799

Galerie d’images