Monts de Bière Devant

Bassin ou Saint-George ?, me demande Stefano lorsque nous rentrons dans le village de Begnins. Saint-George !. Ok. Nous passons Marchissy puis Longirod. Dire qu’il y a moins 3 semaines, tout était blanc, recouvert d’une épaisse couche de neige. Aujourd’hui, les prés sont verts; seules quelques plaques de neige demeurent, à l’ombre d’arbres où le soleil n’arrive jamais.

La neige est plus présente à Saint-George et nous nous arrêtons à la Saint-George. Un air chaud nous accueille à notre descente de voiture. Wouah… C’est à peine croyable. Nous sommes à 1088 mètres d’altitude et en ce 24 décembre 2012, il fait doux. Je ne garde qu’un mérinos sous ma veste.

DSC00545

C’est parti !

P1040505

Nous obliquons tout de suite à droite, via le chemin de la Boîte.

Nous faisons nos traces (enfin, pour être honnête, Stefano fait la trace et moi je suis confortablement !).

DSC00550

Nous déchaussons pour traverser la route du Marchairuz

DSC00561

… pour remettre les raquettes quelques mètres plus tard, avec de la neige à mi-cuisse : un véritable défi.

DSC00560

Non loin de la route, un petit chalet sans nom où deux promeneurs se reposent.

P1040507

Nous arrivons à l’alpage de la Foirausaz.

Au loin un randonneur solitaire.

P1040509

Le grand avantage d’avoir une personne devant nous est d’en suivre les traces…

P1040512

Le Couvert de la Foirausaz.

DSC00592

Mince mince … Où aller ?

DSC00594-1

Vers le Pré de Sain Livres bien sûr !

Mais avant, le Chalet de la Foirausaz.

DSC00600

Question : est-ce qu’un Swiss Hiker en raquettes à le droit de passer ?

DSC00604

Le Chalet du Pré de Saint-Livres.

DSC00605

Nous descendons pour traverser le pré et remonter de l’autre côté.

DSC00613

Il y a un ou deux étés, nous avions suivi un sentier qui s’était avéré être un vrai chemin de croix : des clôtures tous les 200 mètres, pas de porte, pas de passage pour les randonneurs. A chaque fois, une prise de tête et une prise de risque pour défaire des fils barbelés bien rouillés accrochés entre eux. Nous gardions un souvenir impérissable de cette balade. Mais là, avec l’hiver, tous les fils barbelés sont au sol. Yes ! C’est donc par là que nous passerons.

P1040516

Trop, trop bien !

DSC00623

Nous suivons maintenant des traces de ski.

DSC00624

Voici 3 jours que nous sommes en hiver et nous pourrions nous croire au printemps : la neige est lourde et mouillée et nos vestes sont grandes ouvertes.

Et, malgré cela, la couche de neige reste imposante. Pour autant que la surface porteuse soit suffisante.

Aggregation_2012_12_24_01

Nous pique-niquerons à proximité, debout, en plein soleil.

Nous repartons le cœur léger et le ventre rempli, pleins d’entrain.

Nous voici au Petit Cunay. Au loin, la chaîne des Alpes.

P1040519-1

Nous aborderons le Chalet des Monts de Bière Devant par derrière. C’est la première fois que je passe par là, Stefano y avait, lui, laissé ses premières traces lors d’une sortie en solo, le 9 novembre dernier.

DSC00649

Arrivés à proximité du chalet, nous décidons d’être créatifs et d’abandonner les traces de ski…

DSC00656

Ce qui nous obligera à descendre un raidillon, expérience toujours intéressante avec des raquettes aux pieds !

DSC00658

Des skieurs sont là…

Peut-être avons-nous d’ailleurs suivi leurs traces. L’un est en ski de fond, l’autre en ski de fond de randonnée. C’est la première fois que nous voyons de tels skis : plus larges que des skis de fond, les chaussures ressemblent à des chaussures de randonnées. Les descentes se font en mode Telemark. La marque : Fischer.  La gamme de produits : Offtrack Cruising.

“Techniciens du sport, aux Rousses”, nous conseille-t-il. “Ils ont un énorme choix…”. Super intéressant pour nous qui parlions ski de randonnée il y a quelques jours.

Aujourd’hui, point de drapeau. Mais une très belle vue sur le lac et les Alpes.

DSC00659

La neige a glissé du pan de toit…

P1040523

et forme un abri naturel, abri dans lequel les deux randonneurs rencontrés nous avouent, un grand sourire aux lèvres, y avoir dégusté une raclette !

P1040526

Cela dit, il est 15 heures et nous devons songer au retour. A 17 heures, la nuit tombe.

Mais maintenant, ce n’est plus que de la descente. Coooooooooooool !

Nous allons en direction du Pré d’Aubonne, et plus particulièrement vers le Sapin à Siméon.

DSC00666

Nous repassons par le Pré que j’Aime

DSC00669

…ainsi baptisé par ce que… je l’aime… et qu’il n’a pas vraiment de nom !

Le ciel est maintenant franchement bleu mais le soleil s’approche lentement de l’horizon. Les zones d’ombres alternent avec des zones de franches lumières.

Aggregation_2012_12_24_02

Le Pré d’Aubonne.

DSC00674

Et une belle ombre chinoise avec la lune.

DSC00682

Le nombre de traces croît au fur et à mesure que nous allons en direction de la route du Marchairuz.

DSC00685

Nous renonçons d’ailleurs à déchausser pour la traverser. 4 pas légers plus  tard, nous sommes de l’autre côté.

DSC00688

Nous retrouvons l’ancienne route du Marchairuz

Aggregation_2012_12_24_02

… et descendons au plus court, vers le départ des pistes de ski nordique, non loin de la voiture.

DSC00698

La boucle est bouclée… Nous croisons nos traces laissées à l’aller.

Nous sommes à la voiture vers 17 heures. Les projecteurs sont allumés et illuminent la piste de ski nordique. Le parking est vide. Nous sommes seuls et ravis de notre sortie du jour. Il n’y a plus qu’à rentrer et préparer le repas du réveillon. Miam miam !

Autoportraits du jour

A la Foirausaz.

DSC00581

En chemin…

DSC00634

Au pré d’Aubonne.

DSC00680

Galerie d’images