Hverfjall ou la montagne de la source chaude

Pour notre balade du jour – l’ascension du cratère du Hverfjall – nous suivons scrupuleusement l’itinéraire proposé par Allibert, à savoir un départ depuis le village de Reykjahlíð en passant par la faille et la grotte de Grjótagjá avant de s’attaquer au volcan.

Après un copieux petit-déjeuner à la ferme de Stöng, nous partons en direction du lac Mývatn sous un grand ciel bleu : la journée s’annonce magnifique !

Nous nous arrêtons le long de la route pour prendre quelques photos.

La route longe le lac Mývatn, qui signifie en islandais « le lac des mouches ».

Nous nous garons sur le tout petit parking de Stóragjá juste après le croisement entre la route n°1 et la route n° 848, puis partons sur le sentier qui mène à Grjótagjá, une faille volcanique rendue célèbre par la série Game of Thrones.

Luana est très enthousiaste à l’idée de devoir marcher plus de 10 km.

Nous traversons un ancien champ de lave, partiellement recouvert par la vegetation. Ici nous sommes au milieu d’une petite forêt. Cette petite montée n’est qu’un « accident » de terrain.

Alors que, quelques centaines de mètres plus loin, nous sommes au milieu d’un paysage lunaire.

On voit au loin des fumerolles. L’Islande étant un pays où la production d’énergie électrique par géothermie est très développée, sans surprise l’on trouve à cet endroit, des centrales électriques à vapeur.

Nous rencontrerons plusieurs passages de clôture. Est-ce une séparation entre terres privés et terres publiques ? Ou est-ce des clôtures pour éviter que les moutons, présents mais peu nombreux, ne s’éparpillent.

Quelques restes d’une éruption.

Stefano essayera en vain de « dialoguer » avec ces brebis que nous croisons sur le chemin. Visiblement son « dialecte » ovin n’est pas bien compris ici en Islande… Elles l’ignorent superbement et ne nous montrerons que leur derrière.

Jolie composition.

Après avoir parcouru 3.8 km, nous sommes maintenant au pied Hverfjall, qui signifie « la montagne de la source chaude » en islandais.

Le moment tant redouté par Luana est arrivé : il va falloir monter, et ça monte dru ! Mais tout est une question de temps, comme a coutume de dire Marie-Catherine. Et du temps, nous en avons…

Vue du cratère depuis le « sommet » (désolé pour le flare).

Le sentier suit le bord du cratère, d’une circonférence d’environ 1 km. Le tour du volcan faisant partie de la description de la balade fournie par Allibert, nous n’hésitons pas une seconde à nous y engager. Même si les premières centaines de mètres se font en montée.

Le paysage alentour varie au fur et à mesure que nous avançons ou nous retournons. Ici ce sont encore les même fumerolles vues tout à l’heure.

De ce côté, l’on voit le lac Mývatn.

La même photo prise avec un angle légèrement différent.

Pas la peine d’essayer de prendre tout le bord du cône, même avec un grand angle…

Nein, ça ne rentre pas…

Le lac des mouches.

Le tour du cône étant terminé, nous entamons la descente. Après une pause-déjeuner au départ du sentier, il est temps de penser au retour, car d’autres surprises nous attendent.

Oups, c’est qui avec ce bonnet cache-oreilles islandais ?

Nous sommes maintenant revenus à l’entrée de grotte de Grjótagjá et Marie-Catherine parvient par ailleurs à explorer l’intérieur.

Autrefois on pouvait se baigner ici mais aujourd’hui c’est interdit car l’eau est trop chaude après des éruptions survenues en 1975 et 1984. C’est la fameuse grotte rendue célèbre par la série Game of Throne, et plus précisément, l’épisode Kissed by Fire de la troisième saison. Ce fut ici que Jon Snow y rejoint Ygritte pour « jouer ». Parait-il… Car nous n’avons vu aucun des épisodes de cette série.

Quant à la faille, il faut dire qu’à l’allée, une bimbo était en train de se faire prendre en photo à l’endroit le plus sympa et nous avions donc renoncé à attendre.

La bimbo est peut-être partie à la recherche d’un « mall » et la faille est maintenant à nous.

Le retour se fait par le même chemin qu’à l’allée, mais cette fois nous en profitons pour prendre quelques photos de la végétation que l’on trouve à l’approche du point de départ.

Une bête rare rôde au milieu des arbustes.

Suite du chemin.

Et retour au point de départ.

A suivre… car la journée n’est pas finie !

Autoportraits du lieu

Lors du tour du cratère.

Pareil.

Lors du casse-croûte.

Références externes

En français

Avatar for Stefano

À propos de Stefano

J’ai grandi dans une petite ferme de Suisse italienne, où j’ai passé les 20 premières années de ma vie. De cette époque désormais lointaine, j’ai gardé une passion pour la nature et les activités en plein air.

Je suis randonneur dans l’âme, photographe amateur et je contribue à l’amélioration de notre site, à la fois en termes de design ou de fonctionnalités. Aussi, je m’occupe de la préparation de nos aventures, de la logistique et du choix des itinéraires de randonnées.