Falling Man Panel

Nous y sommes ! Entre Las Vegas et Mesquite, au sud de la Virgin River et de ses verts (!) pâturages : Gold Butte National Monument. Deux panneaux de pétroglyphes à découvrir aujourd'hui : Falling Man et Twenty one Goats. Il fait beau et chaud.

Dix-huit mois après nos dernières vacances, nous revoilà enfin à l'aube de 13 jours de randonnée et de découverte dans cet ouest américain que nous aimons tant. Pour la première fois, nous allons visiter le Gold Butte National Monument, et aujourd'hui, plus précisément, le Falling Man Panel.

Partis hier, le 30, de Genève, nous sommes arrivés à Las Vegas via Newark tard dans la soirée. Vols à l'heure, personnel charmant, et, cerise sur le gâteau, nous avons pu nous étaler pour le dernier vol de 5 heures. Malgré l'heure tardive, nous sommes allés faire nos courses au Walmart du coin : céréales, lait en brique, barres Clifs et crème solaire. Nous copions-collons notre liste de courses depuis des années, ne changeons que le nombre de jours pour avoir le nombre de chaque article à acheter. Facile et efficace. No-brainer.

Nous quittons Las Vegas au petit matin sous un ciel bleu Nevada (très très proche du bleu Utah et également de celui d'Arizona) et filons en direction de Mesquite qui sera notre étape du soir. Mesquite, une ville-aberration, tout comme Las Vegas d'ailleurs : située en plein milieu du désert, au bord de la Virgin River, où la végétation ne pousse qu'à force d'irrigation et où les golfs fleurissent comme les fleurs de cactus au printemps.

Je laisse enfin aller ma joie, retenue depuis si longtemps et je bats de main, une banane en guise de sourire et les yeux brillants d'émotion et de joie anticipée. Stefano, qui savait que tôt ou tard ce débordement allait arriver, me regarde et me sourit.

Nous suivons la I-15 jusqu'à ce que nous bifurquions sur la SR-170, également connue sous le nom de Riverside Road. Un poil après avoir traversé la Virgin River, où deux drapeaux des Etats-Unis ainsi que d'une bannière We the people (à savoir les premiers mots du préambule de la Constitution des États-Unis d'Amérique) annoncent le pont, nous quittons le confort de la route goudronnée pour partir vers Gold Butte National Monument, et plus précisément vers Whitney Pocket.

Nous passons devant le ranch à Bundy. Depuis des années Stefano me parle de Bundy lorsque nous passons dans le coin. Là, enfin, nous sommes aux portes de son ranch.

Mais, mais, qui est Bundy? Je vous la fait courte : Cliven Bundy est un rancher, extrémiste et raciste, refusant toute autorité fédérale, et qui considère que les terres où il fait impunément, et ce depuis 25 ans, paître ses troupeaux sont des terres ancestrales qui lui appartiennent. Sans doute, il a oublié qu'avant lui ces terres étaient occupées par les Moapa Paiute, terres que le gouvernement américain s'est approprié et qu'il continue de posséder. Passé ce "détail" de l'histoire, Cliven Bundy n'a jamais versé un cent au gouvernement américain pour l'utilisation des terres publiques et son ardoise, en 2014, se montait à plus 1 million de dollars.

Cette même année, en avril, les autorités du BLM décidèrent de regrouper et de capturer ses bêtes. S'en suivi le fameux Bundy standoff où les officiels furent encerclés par Bundy et ses potes, lourdement armés. Pour éviter une escalade de violence, les rangers du BLM et la police se retirèrent. Depuis, Cliven Bundy continue de faire paître ses bêtes.

En 2016, en arrivant à Portland - Oregon pour rejoindre ses fils impliqués dans un autre standoff (celui de Malheur National Wildlife Refuge), Cliven Bundy fut arrêté par le FBI et accusé de pas moins de 16 actes d'accusation. Verdict ? Acquittement en janvier 2018. Sans commentaire.

21 km de piste. Les 19,5 premiers km sont faciles : la piste est large, fût très certainement goudronnée il y a fort longtemps, même si clairsemées de nids de poule. Quelques passages plus caillouteux que les autres nécessitent une conduite un peu plus attentive. Après quelques kilomètres, une masse verdoyante se détache du désert environnant : des énormes palmiers. Une oasis en plein désert : c'est le ranch Juanita Springs. Ses occupants semblent aimer la tranquillité : des signes No trespassing fleurissent tous les 5 mètres, de chaque côté de la route. Des fois que des curieux aient envie d'aller voir ce que cachent les palmiers.

Quelques centaines de mètres plus loin, le Ney's sign : un panneau artisanal, en piteux état, où le texte suivant a été peint en blanc sur fond bordeaux : The most exciting think I have seen out here was a flat tire and a hot radiator (Le truc le plus excitant que j'ai vu par ici est un pneu crevé et un radiateur en surchauffe). De quoi décourager les plus téméraires.

Le dernier mile et demi se fait sur une piste rocailleuse pour laquelle notre voiture n'a clairement pas été prévue. Ce qui oblige Stefano à conduire prudemment et au pas : ce serait dommage de crever le premier jour. En fait, quelque soit le jour, ce serait dommage de crever tout court.

Nous y voilà. Ciel bleu façon Nevada.

Voiture garée sur le parking de Falling Man Panel, à Gold Butte National Monument, dans le Nevada.

En arrivant, nous nous sommes écriés : numero uno. Mais très vite un pick-up nous a rejoint dont le conducteur fait du recensement de végétation. En parlant de végétation, ici, c'est le Joshua tree qui prédomine. Pour mon plus grand bonheur.

Mais bon, assez traîné. Il est presque 11h30 du matin et il nous faut explorer le coin. Nous avons deux panneaux de pétroglyphes à trouver et nous espérons bien en trouver d'autres.

Non MC, on a dit panneau de pétroglyphes... Pas un rocher transformé en cible pour tir sauvage.

Stefano a quelques points sur son GPS mais rien ne nous dit comment aller jusqu'à ces points. Donc nous pratiquons une de nos activités préférées : l'errance en mode exploration.

Nous trouvons quelques dessins éparses ou regroupés.

Le tunnel, passage heureusement non-obligé pour rejoindre le Falling Man panel.

Et pour le signaler, quelques pétroglyphes l'ornent.

Quelques pétroglyphes devant l'entrée du "tunnel", à Gold Butte National Monument, dans le Nevada.

Nous préférons faire un détour plutôt que d'avoir à nous baisser. Faut pas pousser : nous sommes quand même en vacances.

Ce qu'il y a derrière le tunnel : des cailloux, encore des cailloux.

Vue depuis le "tunnel" qui mène au Falling Man Panel, à Gold Butte National Monument, dans le Nevada.

Nous arrivons en vue du Falling Man Panel. Le voyez-vous ?

Je vous aide : il est un peu à droite du centre vertical, presque sur la ligne médiane horizontale. C'est un dessin unique.

Trouvé ? Non ? Oui ?

Vue d'enesemble avec le Falling Man Panel, à Gold Butte National Monument, dans le Nevada.

Le dessin est saisissant de réalisme : les bras écartés en signe de surprise ou de désarroi, les pieds qui traînent dans le sens opposé de la chute. Difficile de ne pas imaginer que cette représentation n'a pas été réalisée suite à un accident. Accident qui ne devait pas être un cas isolé, vu les endroits choisis soit pour habiter soit pour dessiner.

Le Falling Man Panel, situé à Gold Butte National Monument, dans le Nevada.

A quelques mètres, nous trouvons d'autres dessins qui paraissent beaucoup plus anciens.

Non, ne cherchez pas : il n'y a pas de dessins. C'est juste une micro-arche dans le rocher. Avec de belles couleurs néanmoins.

Bien. Maintenant que nous avons trouvé notre Falling Man Panel, que faire ? Simple, continuer notre exploration car depuis longtemps nous savons qu'un dessin n'est jamais vraiment seul.

La preuve :

Et puis, un peu plus loin, une autre série de cercles concentriques...

avant d'arriver devant quelques chèvres.

Nous croisons sporadiquement d'autres visiteurs, un groupe de deux couples de Mesquite. Lors de nos rencontres, nous conversons de choses et d'autres, principalement de lieux à visiter ou déjà visités.

Mais que fait Stefano ?

Il a déniché un joli polyptyque au milieu d'une surface inégale.

Il nous faut juste ouvrir les yeux : les pétroglyphes sont nombreux, et il suffit juste de les localiser.

Le groupe s'est assis à proximité d'un rocher isolé recouvert de dessins. Ne souhaitant pas les déranger, nous nous éloignons en nous promettant de revenir plus tard. Mais ils nous appellent pour nous faire partager leur découverte.

Le Newspaper Rock de Falling Man Rock Art Site, à Gold Butte National Monument, dans le Nevada.

Effectivement, ce rocher en vaut la peine : sur un de ses flancs, les dessins s'entremêlent, les plus vieux souvent traversés par les traits des plus récents. Ce panneau se nomme Newspaper Rock ou Picture Rock car les gens aiment bien se prendre en photo à côté.

Certains archéologiques pensent que ce rocher recèle des pétroglyphes de trois époques différentes :

  1. La période archaïque avec ses dessins très abîmés aux formes curvilignes ou rectilignes,
  2. La période Anasazi dont les dessins représentent des formes humaines et animales au corps pleins et formés,
  3. Enfin, la période Patayan où les formes anthropomorphiques sont des formes rectilignes aux pieds et mains disproportionnés.

Nous laissons là notre quête et partons vers le second objectif de la journée : Twenty-one Goats panel.

A suivre...

Autoportraits du jour

Après avoir trouvé le Falling Man Panel.

Stefano et Marie-Catherine devant le Falling Man Panel, à Gold Butte National Monument.

Références externes

En anglais

1. Falling Man Panel
2. Gold Butte National Monument

Galerie d'images