Little Black Mountain Petroglyph Site

Pour notre dernière journée à St. George, nous quittons momentanément l'Utah pour l'Arizona. Nous allons visiter un site où quelques rochers, au bas d'une mesa, ont été choisis comme support de pétroglyphes. Little Black Mountain Petroglyph Site est placé sous la protection du BLM.

Dernière journée aux alentours de St. George. Aujourd'hui, nous descendons au sud et passons en Arizona pour visiter le Little Black Mountain Petroglyph Site. Nous sommes à l'extrême nord de l'Arizona, dans une bande de terre appelée Arizona Strip qui englobe toute la partie située au nord du fleuve Colorado soit près de 20'000 km2. Du fait de la barrière naturelle que forme le Colorado et de son passage délicat (dont le Grand Canyon), cette région est plus liée physiquement et humainement au sud de l'Utah qu'à l'Arizona.

Emptiness. Le  ciel est immensément bleu.

La marche d'approche consiste en une dizaine de pas.

Panneau à l'entrée du Little Black Mountain Petroglyph Site, vu depuis le parking.

Après avoir passé la barrière, il nous faut marcher une petite centaine de mètres avant de trouver nos premiers pétroglyphes.

Le Little Black Mountain Petroglyph Site, se trouve à la base du monticule que l'on voit ici.

Tout excités à l'idée d'une profusion de pétroglyphes, nous partons chacun de notre côté en exploration. Mais nous sommes bien vite rattrapés par la réalité. Certes, le site est joli mais, malgré une profusion de beaux rochers qui seraient de parfaits supports d'art, seuls quelques-uns ont été exploités.

Nous nous rassemblons (bon, à deux, certes, c'est un petit rassemblement) et décidons de passer l'endroit au peigne fin. Ce qui n'est pas une mission impossible vu que la longueur totale du sentier est de 500 mètres : 200 mètres d'un côté, 300 mètres de l'autre. Et un temps illimité devant nous. Elle n'est pas belle, la vie ?

Un des premiers rochers rencontrés. D'où notre enthousiasme débordant et nos espoirs fous.

Sur le sentier qui part vers l'est, un escalier métallique et une plateforme permettent de surplomber ce rocher.

Et comme Stefano ne se trouve pas assez haut, il gagne encore quelques centimètres en se perchant sur la rambarde.

Regardez tous ces beaux rochers... vides de tout pecking. Quel gâchis.

Sur le parking, un pick-up arrive et trois jeunes en sortent. Ils font une brève visite de l'endroit. Nous échangeons quelques mots. Stefano dira : ils parlent comme des pas-finis. C'est vrai. Nous nous demandons ce qu'ils viennent faire ici. Nous comprenons très vite lorsque nous les voyons décharger trois motos-cross de leur pick-up. Une partie de notre balade sera accompagnée par les pétarades de leurs pétrolettes.

Voici quelques détails.

Un rocher, heureusement sans pétroglyphes, prit pour cible.

Nous avons quelques bonnes surprises, comme ce magnifique bonhomme.

Sur une autre face, deux bouquetins avec leur cornes enroulées vers l'arrière. Splendide.

Magnifiques pétroglyphes avec des chèvres, à Little Black Mountain Petroglyph Site, Arizona Strip.

Enfin, sur la troisième face de ce même rocher, un ensemble de cercle avec des rayons que nous appellerons tout naturellement et peut-être à tort un soleil.

À propos de ce rocher, et quelques jours après la publication de ce billet, nous avons reçu un feedback de Philippe Schuler (co-auteur avec Thierry Lagarde de l'excellent blog OuestUsa.fr) nous disant que, lors de sa dernière visite, il y a 6 ans, ce rocher était défiguré par un ignoble graffiti. Nous n'avions rien remarqué.

Mais effectivement, en regardant plus attentivement nos photos, nous pouvons encore discerner les quatre lettres ZENO. Bravo au BLM pour ce beau travail de restauration.

Crédit photo Philippe Schuler
Crédit photo Philippe Schuler

Le bruit des moteurs a cessé un court instant. Nous pensions nous en être débarrassé mais un regard vers le parking nous convainc du contraire : ils sont tous simplement en train de remettre de l'essence dans leurs engins.

Nous nous demandons quel plaisir ils peuvent tirer à rouler ainsi, sur un terrain qui, somme toute, est très plat et offre peu de challenges techniques. À moins que zigzaguer entre les buissons soit considéré comme tel.

C'est Stefano, curieux, qui prend un peu de hauteur et découvre que la face supérieure de ce rocher recèle un joli tableau. Que de lignes !

Plus nous explorons, plus nous aimons ce coin. C'est un peu comme une chasse aux œufs de Pâques.

Il faut être attentif et surtout n'exclure aucun emplacement.

Exception faite d'un ou deux panneaux regroupant plus d'une dizaine de pétroglyphes, nous avons plutôt affaire à des dessins isolés.

Nous revenons vers la voiture un court instant car il fait faim. Arrive une grosse voiture qui déverse une famille de quatre enfants, deux parents avec un cinquième enfant en préparation. Le plus âgé doit avoir à peine 5 ans. Lorsque ce dernier part vers les rochers en s'écriant Come on, babies! à l'attention de ses frères et de sa sœur, nous éclatons de rire.

Comme nous avons le temps, nous refaisons un tour complet du site, histoire de voir si nous n'avons rien raté.

Bien nous en prend.

Ne cherchez pas : sur ce rocher-là, il n'y a rien, que des traces blanches naturelles, bien que géométriques.

Midi. Nous songeons à partir, car il nous avons une seconde activité au programme.

Les trois jeunes sont encore là, à bricoler leurs machines. Nous sommes un poil jaloux lorsqu'ils sortent une glacière et 3 bières mais ça ne dure pas. Nous n'échangerions pas notre passion contre la leur. Par contre, nous leur piquerions bien leur truck !

À suivre...

Autoportraits du jour

Stefano et Marie-Catherine à Little Black Mountain Petroglyph Site, en Arizona.

Références externes

En anglais

Galerie d'images