Middagsfjellet

Nous partons pour une petite marchouillette sur les hauteurs de Harstad. Objectif : vaincre le Middagsfjellet qui culmine à 498 mètres (non, je n’ai pas oublié de zéro). Le temps est plutôt beau, pas de pluie annoncée. Nous continuons notre régime à base de baies.

Ne me demandez de dire à voix haute le nom de notre destination du jour, qui culmine à quelques 498 mètres au-dessus du niveau de la mer. Les deux premières syllabes sont faciles, après, c’est un peu plus compliqué, plus facile néanmoins avec une patate bouillie et bouillante dans la bouche.

11h30. Nous nous sommes garés au parking de Folkenparken, le parc du peuple.

Le ciel est relativement clair. Vous remarquerez nos pantalons longs et nos vestes à manches longues : il ne fait donc pas très chaud, pour un 13 août. Mais nous sommes en Norvège, ne l’oublions pas.

Nous suivons la route sur environ 500 mètres avant de trouver le sentier.

La végétation y est luxuriant, en témoigne cette magnifique amanite tue-mouches.

Les arbres sont gentiment et joliment tarabiscotés. Les troncs parfaitement droits brillent par leur absence.

Au loin, le fjord et la mer.

Nous arrivons au lac de Musvatnet.

Un joyau au milieu d’un écrin de verdure. Oui je sais, ça fait un peu beaucoup, écrit comme ça sur du papier, mais c’est tellement vrai !

Jugez plutôt.

Et encore, le ciel n’est pas parfaitement bleu. Nous contournons une partie du lac par l’ouest avant de filer résolument au sud.

Le paysage est vallonné, et nous avons parfois l’impression d’être sur une île tant la vision de la mer est omniprésente.

Au loin, le lac de Musvatnet. Oui, vous savez, ce joyau dans un écrin de verdure !

Nous prenons petit à petit de l’altitude. La végétation se raréfie. Des plaques de neige nous rappelle qu’ici, nous sommes à l’intérieur du cercle polaire.

Lorsque les arbres ont abandonnés le terrain, une espèce de mousse épaisse l’occupe.

Regardez-moi ce beau vert fluo :

Un panneau Tipå Topp.

Tipå Topp (que l’on peut traduire par Top Ten) est un programme commun à quelques villes norvégienne dont le but est d’encourager l’activité physique. Chaque année, 5 à 10 de destinations sont proposées et publiées (ici, ce lien pointe celui de la ville de Harstad). Le site permet aux personnes intéressées de s’inscrire et de publier les randonnées effectuées.

Ce petit lac sans nom (ou disons plutôt cette grande mare) n’est pas loin du Middagsfjellet.

Nous attaquons la montée finale, notre challenge du jour.

La Norvège est pourtant le pays des maisons en bois mais ces arbres doivent être le cauchemar des constructeurs.

En cheminant…

Trouvés sur un rocher (les bois, pas Eric !). No comments! Je vous épargne le son qu’il émet. Entre le barrissement d’un mammouth (mammouth ? ;-) ) et le beuglement d’un buffle.

Nous avons atteint le sommet après une montée éprouvante de … 498 mètres depuis la voiture. Au menu, salade de carottes et thé, les fesses confortablement posées sur un carré en matière isolante.

Et pour le dessert, de la réglisse ou du réglisse, vu que les deux genres sont permis lorsqu’il s’agit de la confiserie fabriquée à partir de la réglisse, extraite de la racine de la plante du même nom.

De l’autre côté du fjord, des montagnes un peu plus alpines.

Nous prenons tout tranquillement le chemin du retour, en faisant le tour du sommet du Middagsfjellet, avant de retrouver le sentier.

Nous faisons un arrêt baies : des myrtilles et des camarines noires, ces dernières beaucoup moins goûteuses que les myrtilles mais plus abondantes et plus concentrées. Autrement dit, demandant beaucoup moins d’effort pour être mangées.

Le cairn du Middagsfjellet.

Nous retrouvons notre joli petit lac de Musvatnet.

L’autre face de la petite cabine.

Non, ce n’est pas un caillou, c’est un … champignon ! Lui a bien profité des 24 heures de lumière quotidiennes.

Nous arrivons à la voiture vers 5h45, soit 6 heures après l’avoir quittée, pour une distance totale de 15 km et des poussières.

Nous filons faire quelques courses avant de nous affaler sur une chaise longue, sur la terrase, à profiter des rayons du soleil qui ne se couche pas. Plus tard, nous nous régalons d’un steak de baleine (oui, nous n’avons pas honte…). Si les humains ne la mange pas, elle termine dans les gamelles de chiens. Car la Norvège a un quota de pêche qu’elle utilise.

Les garçons terminent la soirée en dégustant un échantillon d’alcool locale.

Flore du jour

Bon, techniquement ce ne sont pas des fleurs… Ce sont des Molte. Ce sont des baies au goût unique et difficilement descriptible.

Molte (norvégien) - Plaquebière (français) - Rubus Chamaemorus
Molte (norvégien) – Plaquebière (français) – Rubus Chamaemorus

Autoportraits du jour

Lac de Musvatnet - Harstadt - Norvège

Au somment du Middagsfjellet.

Et là, voici un « vrai » autoportrait.

Sommet du Middagsfjellet - Harstadt - Norvège

Galerie d’images